Jesús Lara Sotelo dans la Foire internationale du Livre de La Havane 2017

Publicado: 2017-02-16
Por: Susana Méndez Muñoz
Fuente: CUBARTE
Categorías: LITTÉRATURE

Le plasticien et écrivain Jesús Lara Sotelo est reconnu par sa vaste trajectoire artistique et son dévouement.

Pour la Foire internationale du Livre de La Havane qui se développe dans la Forteresse de San Carlos de La Cabaña et d’autres sièges de la capitale, Lara a préparé avec la maison Colección Sur Editores un projet très complet.

Quelles sont les caractéristiques du projet ?

Il est très ambitieux car il poursuit la fusion de plusieurs manifestations de l’art, car dans une époque multi médiale comme celle-ci dans laquelle nous vivons il est nécessaire une vision beaucoup plus intégratrice. C’est l’essence du projet.

D’abord nous avons réalisé un multimédia intitulé Lebensraum qui recueille toute mon œuvre poétique depuis 1991, toute ma production lyrique au cours de ces vingt-cinq ans, pas secrète mais anonyme la plupart.

Ce multimédia, en anglais et en espagnol, commence avec le recueil de poèmes ¿Quién eres tú, God de Magod? , préfacé par le regretté Rufo Caballero. Il comprend des interviews précieuses sur mon œuvre littéraire n’ayant jamais vu le jour, en plus de quatorze livres pour lesquels on a fait des animations et douze thèmes musicaux de la guitariste Ariadna Cuéllar.

La bande son est du maestro Frank Fernández, qui a composé trois thèmes : Lebenraum o espacio vital, Epílogo et Lara.

Lesquels de vos livres intègrent le projet ?

A dos manos, le recueil de poèmes que j’ai écrit avec l’importante poétesse cubaine Lina de Feria, et, Lebensraum, qui s’est avéré un livre très réussi, il m’a offert des choses très bonnes.

Egalement sera présentée l’anthologie El laberinto ante mí, qui rassemble aussi ma poésie de ces vingt-cinq ans et qui comprend quatre études de Cira Romero, Marylin Bobes, Virgilio López Lemus et Francisco López Sacha.

De même ce volume comprend plus de cent dix illustrations miennes, dont beaucoup inédites, des critiques et ma biographie, qui en plus d’aborder mon œuvre picturale et poétique, contient une chronologie d’événements qui replacent mes productions à leur contexte.

Cette anthologie recueille mes poèmes les plus nouveaux pour les lecteurs cubains dont certains ont paru d’abord en anglais et maintenant en espagnol.

Il y a des audiovisuels pour la Foire aussi ?

Oui, il y a également des audiovisuels avec des poèmes musicalisés et interprétés par des sopranos, des rappeurs, des rockeurs ainsi qu’un travail que nous avons fait pour le théâtre avec le dramaturge et directeur Gerardo Fulleda León.

Et les arts plastiques ?

Il y a plusieurs expositions et performances au cours de l’événement. Parmi les expositions il y en a une de reproductions à grand échelle sur les livres, et elles font partie en plus de la conception du stand, que j’ai également fait.

De même il a des travaux dans lesquels je relie l’écriture, la peinture et la danse.

Comme beaucoup de personnes savent, j’ai dédié à Alicia Alonso un livre intitulé Alicia y la elección de la fe, compris dans cette anthologie aussi, et dans le multimédia apparaît la prima ballerina en parlant de ce volume.

C’est vrai qu’il y a un projet consacré aux personnes sourdes et aveugles ou déficientes visuelles ?

Oui, avec la Sociedad Cultural José Martí, qui dirige le Dr Armando Hart Dávalos, j’ai réalisé une édition du livre Lebensraum complètement pour les sourds et aveugles ou déficients visuels. C’est un livre qui comprend deux préfaces et chacun des poèmes a été traduit à la langue de signes des sourds ; c’est quadrilingue car il sert d’audio livre pour les aveugles ou déficients visuels en anglais et en espagnol ainsi que la langue de signes pour les sourds.

Est que vous avez conçu les livres qui vous présentez ici dans la Foire ?

Oui, et certains écrits par d’autres auteurs aussi.

J’ai essayé de transposer en quelque sorte toute mon expérience picturale et visuelle à la conception de livres et de l’imprimer un caractère beaucoup plus dynamique dans une étape où disons que le danger de l’abattage d’arbres rend de plus en plus difficile l’impression de livres sur papier et où l’alternative numérique, bien qu’elle ne la remplace pas, elle atténuera ce conflit, comme c’est le cas de la photographie numérique et l’analogique.

Au fait, vos livres sont-ils en format numérique ?

Oui, tous sont en support numérique, en système Android, pour que les gens puissent accéder depuis un portable ou une tablette à tous ces contenus et faire une lecture tranquille en utilisant la technologie.


Comentarios

captcha